SSO-Logo

Coronavirus – mise à jour du 22 avril 2020

###USER_title###,

 

« Plan de protection AMDCS/SSO : chaque propriétaire de cabinet est personnellement responsable de sa mise en œuvre »


Le plan de protection élaboré conjointement par l’Association des médecins-dentistes cantonaux de Suisse (AMDCS) et la SSO pose un cadre à la reprise des activités cliniques au cabinet dentaire durant la pandémie. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) vient de nous faire savoir qu’il estime que le plan de protection AMDCS/SSO permet de réduire adéquatement le risque de transmission du virus dans les cabinets dentaires. Les auteurs du plan de protection ont à dessein évité des directives trop strictes afin qu’il reste applicable à la situation particulière de chaque cabinet dentaire. Chaque propriétaire est personnellement responsable de sa mise en œuvre dans son cabinet et doit prendre toutes les précautions qui s’imposent pour protéger ses patients et ses collaborateurs. La SSO est en train de préparer un aide-mémoire répondant aux questions les plus fréquentes (FAQ). Il devrait être disponible vendredi.

 

Questionnaire d’anamnèse « coronavirus »

Avec l’aide des cliniques universitaires de médecine dentaire, la SSO a élaboré un questionnaire d’anamnèse « coronavirus ». Tous les membres de la SSO peuvent télécharger le formulaire type au format Word à partir du domaine réservé aux membres du site Web de la SSO. » questionnaire d’anamnèse « coronavirus »

 

Allocation pour perte de gain COVID-19 : la SSO et l’Union suisse des professions libérales demandent une amélioration

Jusqu’ici, seuls les indépendants dont le revenu de l’activité lucrative soumis à l’AVS ne dépasse pas 90 000 francs peuvent recevoir cette allocation. De nombreux indépendants ne peuvent donc pas profiter de cette mesure en raison de ce plafonnement. C’est pour cette raison que la SSO est intervenue sur le plan politique par le truchement de Pirmin Bischof, député au Conseil des États et président de l’Union suisse des professions libérales. La Commission de l’économie et des redevances du Conseil des États (CER-É) et la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil des États (CSSS-É) demandent maintenant au Conseil fédéral qu’il supprime ce plafonnement.

 

Masques de protection

Concernant les masques de protection, la SSO a adressé une nouvelle lettre aux autorités compétentes. On ne connaît pas avec précision le nombre de masques actuellement disponibles en Suisse. La situation en la matière semble cependant se détendre. La SSO a une nouvelle fois exigé des autorités compétentes (Office fédéral de la santé publique, Office fédéral pour l’approvisionnement du pays, Pharmacie de l’armée et autorités sanitaires des cantons) qu’elles veillent à ce que soient mis à la disposition des médecins-dentistes et de leur personnel des masques à prélever dans les stocks officiels. De plus, la SSO a déjà relancé le commerce de détail à plusieurs reprises. Par ailleurs, certaines sections cantonales de la SSO et sociétés de discipline ont pris l’initiative d’acheter du matériel de protection pour leurs membres.

 

Reprise des activités cliniques dans les cabinets dentaires et indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail (chômage partiel)

Il n’est pas possible d’évaluer la demande en soins et contrôles dentaires à partir du 27 avril 2020. La SSO accomplit un travail médiatique intense dans toutes les régions du pays pour montrer à la population et aux patients que les cabinets et les soins dentaires sont sûrs. Cela étant, le respect du plan de protection et le nombre restreint de masques de protection disponibles vont limiter la charge de travail des cabinets dentaires. Il est très possible qu’au redémarrage, le personnel du cabinet dentaire ne puisse pas être entièrement occupé. Chaque propriétaire de cabinet doit donc estimer lui-même ses besoins effectifs en personnel. Le fait est que le chômage partiel n’est octroyé que pour les heures perdues en raison de la situation actuelle. Et si la perte de travail calculée sur la totalité des salariés est inférieure à 10 %, il n’y a plus de droit à l’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail.

 

Toujours au courant grâce à sso.ch

Sur notre site Web, nous avons rassemblé des documents, des aide-mémoire, des FAQ et d’autres informations détaillées ainsi que des liens vers les sites Web des autorités. Visitez-le régulièrement !

Se désabonner | Changer les données | Website | © Société suisse des médecins-dentistes SSO