Médecin-dentiste

L'exercice de la médecine dentaire couvre des domaines très différents qui peuvent être totalement indépendants les uns des autres, mais qui peuvent aussi se recouper. Pour cette raison, il est difficile d'ordonner les domaines d'activité de la manière systématique.

Voici malgré tout un essai de systématisation des activités du médecin-dentiste :

  • contexte de la prophylaxie et de la thérapie, anamnèse, examen clinique, diagnostic, pronostic
  • suivi préventif, prophylaxie, traitements conservateurs
  • parodontologie
  • cariologie
  • endodontie
  • pédodontie / traumatologie
  • orthodontie
  • prothèses, adjointes et conjointes
  • médecine dentaire esthétique
  • gérodontologie
  • chirurgie dentaire, chirurgie orale, implantologie, pathologie de la bouche
  • actes médico-dentaires hors du cabinet / services sociaux

Durant le cycle bachelor en médecine dentaire, les étudiants acquièrent les connaissances théoriques en anatomie et en physiologie de l’organisme humain qui leur permettent d’identifier et de comprendre les mécanismes pathophysiologiques des maladies orofaciales dans un contexte multidisciplinaire. Les cours pratiques sur simulateurs durant la troisième année (cours fantôme) leur permettent de développer les aptitudes manuelles qui leur seront indispensables pour l’exercice de la profession.

Le cycle bachelor ne prépare pas à l’exercice de la profession de médecin-dentiste, mais vise à donner aux étudiants les connaissances théoriques de base et les aptitudes manuelles qui leur permettront de passer, sans examen, dans le cycle master en médecine dentaire.

Durant le cycle master, priorité est donnée aux cours pratiques. La formation au travail pratique est étendue à la reconstruction dentaire, à la pédodontie, à la gérodontologie et à la chirurgie orale. La conception synoptique des cours cliniques permet aux étudiants d’apprendre à formuler des plans de traitement et les initie au traitement de cas complexes dans le cadre d’une approche pluridisciplinaire. Grâce à l’organisation des cours durant lesquels ils doivent assurer conjointement la responsabilité des soins prodigués aux patients, les étudiants acquièrent les compétences sociales et la capacité de travailler en équipe dont ils auront besoin pour exercer leur future profession.

Les cours au laboratoire de technique dentaire permettent aux étudiants d’une part de comprendre les principes fondamentaux de la technique dentaire, aspect important pour les rapports que le praticien entretient avec le technicien dentiste, et d’autre part d’acquérir la dextérité nécessaire pour l’exercice de la profession.

À l’issue de leur formation, les médecins-dentistes peuvent suivre une formation postgrade et se spécialiser dans plusieurs disciplines de la médecine dentaire. Ainsi, quatre programmes de formation postgrade reconnus par la Confédération conduisent à l’obtention des titres fédéraux de spécialiste en chirurgie orale, en orthodontie, en parodontologie ou en médecine dentaire reconstructive. La SSO décerne en outre des certificats de formation postgrade en médecine dentaire générale, en endodontie, en implantologie orale, en médecine dentaire pédiatrique et en médecine dentaire préventive et restauratrice.

Le spécialiste en chirurgie orale exerce notamment ses talents dans des domaines tels que les implants dentaires, l’extraction chirurgicale de dents (dents de sagesse, par exemple), les affections des muqueuses buccales, les urgences dentaires, les infections aiguës, les accidents, les traitements de kystes ou de tumeurs.

Programme de formation postgrade
En chirurgie orale, le cursus de formation postgrade dure au moins trois ans et peut être suivi auprès des cliniques universitaires de chirurgie orale ou de l’Hôpital cantonal de Lucerne. Pour pouvoir être admis à l’examen, le candidat doit notamment remettre deux publications scientifiques dont il est l’auteur (si possible principal) et une documentation relative au traitement chirurgical de dix patients comprenant, entre autres, les rapports opératoires, des photographies, les radiographies et les modèles.

Pour de plus amples informations, voir le site Web de la Société suisse pour la chirurgie orale et la stomatologie.

Titre fédéral de spécialiste en orthodontie
L’orthdontiste est spécialisé dans le traitement des malpositions dentaires et maxillaires. L’objectif du traitement orthodontique est de corriger ces malpositions jusqu’à atteindre une situation harmonieuse. Au-delà de l’esthétique, les corrections effectuées permettent d’améliorer le fonctionnement du système de la mastication. Des dents bien rangées facilitent en outre l’hygiène bucco-dentaire et, partant, contribuent à réduire le risque carieux.

Programme de formation postgrade
Avant de pouvoir se spécialiser en orthodontie, le médecin-dentiste doit avoir exercé la profession dans une autre discipline de la médecine dentaire (la plupart du temps en médecine dentaire générale) durant une année au moins. La formation postgrade conduisant à l’obtention du titre fédéral de spécialise en orthodontie dure au moins trois ans et peut être suivie auprès de l’un des quatre centres universitaires de formation en médecine dentaire de Suisse. La formation et l’examen comportent des volets théoriques et pratiques. Ce cursus de formation postgrade relève de la compétence de la Société suisse d’orthopédie dento-faciale.

Pour de plus amples informations, voir le site Web de la Société suisse d'orthopédie dento-faciale.

Un spécialiste en parodontologie est un médecin-dentiste expert dans les domaines de prévention, du diagnostic et du traitement des maladies de l’ensemble des tissus de soutien de la dent (parodonte).

Programme de formation postgrade
La formation postgrade conduisant à l’obtention du titre fédéral de spécialise en parodontologie dure au moins trois ans auprès d’une clinique universitaire. La partie pratique, qui représente la moitié du temps de formation, est consacrée aux soins aux patients, l’autre moitié à des séminaires, à des tutorats, à des présentations de cas, à la recherche et à l’enseignement. Le candidat au titre de spécialiste en parodontologie doit en outre être l’auteur de deux publications scientifiques et présenter une documentation relative aux interventions chirurgicales effectuées durant la formation.

Pour de plus amples informations, voir le site Web de la Société suisse de parodontologie.

Les cas dans lesquels le patient a perdu une part importante de la substance dentaire et les traitements complexes entrent dans le domaine de compétence du spécialiste en médecine dentaire reconstructive. La médecine dentaire reconstructive a pour objectif de remplacer les dents manquantes au moyen de couronnes, de ponts ou de prothèses partielles ou totales. Grâce aux nouveaux matériaux et aux nouvelles technologies mises en œuvre aujourd’hui, les dents artificielles ressemblent à s’y méprendre aux dents naturelles. Le diagnostic et le traitement des troubles de la fonction masticatrice font également partie des savoir-faire particuliers de la discipline.

Programme de formation postgrade
Après avoir suivi un cursus de formation postgrade structuré d’au moins trois ans auprès d’une clinique universitaire agréée, le candidat peut se présenter à l’examen de spécialiste en médecine dentaire reconstructive. Durant cette formation, il participe à des séminaires, à des tutorats, à des présentations de cas et mène ses propres travaux de recherche. La moitié du temps de formation est consacrée aux soins prodigués aux patients.

Pour de plus amples informations, voir le site Web de la Société suisse de médecine dentaire reconstructive.

Les activités du médecin-dentiste titulaire du certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale couvrent un large spectre de la médecine dentaire. Le titulaire de ce certificat est capable de prodiguer des soins de qualité élevée et de traiter de manière autonome les affections, les traumatismes et les urgences dentaires les plus fréquents.

Programme de formation postgrade
Le certificat SSO en médecine dentaire générale a été créé en 2007. Il est réservé aux seuls membres de la SSO.
La première obtention de ce certificat repose sur une phase de formation postgrade structurée d’au moins trois ans ou sur la présentation de dix documentations synoptiques de cas axés sur des aspects thérapeutiques variés et personnellement traités par le candidat. La durée de validité du certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale est limitée à sept ans. Pour le renouveler, son titulaire doit justifier d’une formation continue diversifiée.

Le médecin-dentiste titulaire d’un certificat SSO de formation postgrade en endodontie est un spécialiste des affections de la pulpe dentaire et des techniques de traitement radiculaire. Un endodontiste soigne les atteintes de la pulpe découlant d’accidents ou d’inflammations d’origine bactérienne. Les traitements radiculaires constituent la plus grande part des actes réalisés par l’endodontiste.

Programme de formation postgrade
La formation postgrade conduisant à l’obtention de ce certificat dure au moins trois ans et peut être suivie auprès des universités de Bâle, Berne, Genève et Zurich. Elle permet aux candidats d’approfondir leurs connaissances théoriques et pratiques non seulement dans les divers domaines de l’endodontie, mais également dans des branches contiguës. Le règlement régissant le certificat SSO de formation postgrade en endodontie ressortit à la compétence de la Société suisse d'endodontologie.

Le médecin-dentiste titulaire d’un certificat SSO de formation postgrade en implantologie orale est un spécialiste de la pose d’implants dentaires. La plupart du temps, les implants insérés dans l’os alvéolaire jouent le rôle de racines artificielles pour des dents prothétiques. Pour de plus amples informations, voir Fondations Implants Suisse.

Programme de formation postgrade
La formation postgrade conduisant à l’obtention de ce certificat dure au moins trois ans et comporte un volet consacré à la chirurgie et un volet consacré aux prothèses, chacun des deux volets devant s’étendre sur un an au minimum. Sur les trois années de formation postgrade, deux doivent être effectuées auprès d’une université ou d’un établissement de formation agréé par la SSO. Le candidat à ce certificat doit en outre présenter une documentation portant sur au moins 100 implants personnellement insérés ou reconstruits dans des indications diverses et réussir un examen final. Ce cursus de formation postgrade relève de la compétence de la Société suisse d'implantologie orale.

Le médecin-dentiste titulaire d’un certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire pédiatrique assure une prise en charge médico-dentaire adéquate des enfants et adolescents jusqu’à l’âge adulte. En plus des connaissances spécifiques à la pédodontie, ce spécialiste doit disposer de bonnes compétences psychologiques, pédagogiques et sociales. Il doit le plus possible affranchir les enfants et adolescents de la peur du médecin-dentiste.

Programme de formation postgrade

Le programme de formation postgrade de trois ans est défini par l'Association suisse de médecine dentaire pédiatrique qui agrée les directeurs de programme responsable de l’enseignement. Durant sa formation postgrade, le candidat à l’obtention du certificat doit suivre l’enseignement théorique et accumuler de l’expérience clinique en tenant tout particulièrement compte des facteurs qui influencent le développement, le comportement et les besoins des jeunes. 

La mission du médecin-dentiste titulaire d’un certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire préventive et restauratrice consiste à prévenir les affections dentaires et gingivales et à restaurer les dents endommagées. Il dispose de connaissances élargies et d’excellentes aptitudes cliniques dans les domaines de la cariologie et de la médecine dentaire préventive et restauratrice.

Programme de formation postgrade
Avant de pouvoir commencer la formation postgrade en médecine dentaire préventive et restauratrice, le candidat doit justifier d’une expérience en médecine dentaire générale d’au moins un an. La formation postgrade conduisant à l’obtention de ce certificat dure au moins trois ans et doit être suivie auprès d’établissements de formation agréés par la Société suisse de médecine dentaire préventive et restaurative. Pour pouvoir être admis à l’examen, le candidat doit notamment remettre deux publications scientifiques dont il est le premier auteur et seize documentations de cas répondant à des critères établis.

Imprimer cette page

Annonce